Diagnostic de disque dur

Cet article n'est pas adressé au grand public, mais plutôt aux spécialistes du disque dur et de la récupération de données informatiques. Lorsqu'un disque dur tombe en panne, il est parfois très dommageable de se précipiter pour le brancher et observer sa réaction. Il est primordiale de prendre le temps de vérifier des points importants.

Réfléchir avant d'agir

Parfois, les techniciens et les spécialistes du disque dur commencent l'examen du disque dur du mauvais côté. Ce qui fait perdre du temps et prendre un risque inutile quant à la sécurité du disque dur et l'intégrité de ses données. Dans cet article, nous essayons d'expliquer une procédure basique d'examen de disque dur en défaut.
Tout d'abord, il est important de commencer par interroger le propriétaire du disque afin d'obtenir le plus d'informations possibles sur les circonstances de la panne du disque dur. Il est très fortement recommandé de ne pas mettre le disque dur sous tension et de ne pas le connecter sur une carte mère d'un ordinateur et démarrer la machine avec. Car lorsque  Windows démarre, il est très probable qu'il essaie d'utiliser ses propres logiciels et outils intégrés pour réparer le système de fichiers sur le disque dur défectueux. Ce qui peut avoir des conséquences très nocives sur le disque et cela peut rendre le disque complètement irrécupérable.
Un autre scénario peut se produire lorsque les têtes de lecture sont collées sur les plateaux du disque dur. Si le moteur est mis sous tension, il va essayer de tourner, et les têtes de lecture peuvent s'arracher du bras. Ce qui peut causer des dommages assez sérieux sur les plateaux et peut détruire des données essentielles au fonctionnement propre du disque dur.
Ci-après une liste d'informations à obtenir de la part du propriétaire du disque dur :

  • Quand et comment le problème s'est produit ?
  • Que s'est il passé avec le disque ?
  • Qu'est ce qui a été effectué sur le disque (logiciels utilisés, changement de carte électronique PCB, ouverture du disque à l'air libre, ...) ?
  • Est-ce que le disque a été traité par une autre entreprise de récupération de données ?
  • Quelles sont les données à récupérer en priorité (tout le contenu, une partition, des dossiers, certains fichiers, etc )?

Il est formellement interdit de mettre sous tension un disque dur ayant subit une chute, un choc violent ou a été noyé ou avoir reçu un liquide. Il faut ouvrir le disque d'abord en Salle Blanche afin d'observer et vérifier les têtes de lecture et les plateaux. En cas de besoin, il faut les nettoyer. Également, il faut se renseigner sur le comportement du disque dur :

  • Est-ce que le moteur tourne ?
  • Est-ce qu'il émet un bruit bizarre et inhabituel ?
  • Est-ce qu'il est détecté par l'ordinateur avec son modèle et sa capacité ? 
  • Est-ce qu'il donne accès aux données de l'utilisateur ?

Prévenir vaut mieux que guérir

L'étape suivante sera une inspection visuelle du disque dur. D'une part du corps du disque et d'autre part de la carte électronique.
En ce qui concerne le corps du disque dur :

  • Examiner la forme du disque dur. Il peut être courbé en cas de chute (notamment les disques 2.5").
  • Examiner les coins et les bords du disque. Y a-t-il des dommages visibles ?
  • Examiner les vis sur le capot du disque, notamment celles en dessous de l'étiquette principale afin de détecter des traces d'outils à main et de savoir si le disque a été ouvert.
  • Avant la mise sous tension, essayez d'incliner très doucement le disque droite-gauche et écouter pour détecter éventuellement le bruit de mouvement d'un morceau d'une pièce cassée à l'intérieur du disque dur. Car il peut créer des rayures les plateaux et les endommager définitivement. Il faut penser à ouvrir le disque afin d'éliminer ces morceaux et remplacer les pièces cassées.

En ce qui concerne la carte électronique (PCB) :

  • Détacher la PCB du corps du disque dur pour vérifier la présence éventuelle d'un composant électronique brûlé, d'une corrosion de pistes, des traces de flux de soudure, la présence du ROM (ou non), l'emplacement des jumpers, l'état des connecteurs SATA/IDE/SAS.
  • Prêter une attention spéciale sur les points de contacts du connecteur du bloc des têtes de lecture et du moteur. Il est recommandé de les nettoyer et les rendre brillants.

Manipuler avec prudence

Lorsque le disque doit être branché et mis sous tension, il faut le tenir fermement en une seule main pour que l'autre puisse le débrancher immédiatement en cas de problème. Au moment de démarrage, il est très conseillé d'écouter les premiers mouvements et vibrations du disque avec un stéthoscope. En cas de bruits ou vibrations bizarres, il faut débrancher le disque et l'inspecter en salle Blanche. Si le disque semble bon, mais il ne tourne pas proprement ou bien il ne peut pas du tout tourner, il faut vérifier :
- La câblage du moteur (en court-circuit, en circuit ouvert ou pas connecté).
- Les fusibles et  les diodes de protection contre les sauts de tensions.
- Le préamplificateur des signaux des têtes de lectures.

Pour les moteurs des disques durs, il y a seulement deux configurations possibles : en étoile (quatre points) ou en delta (trois points). On peut très facilement détecter la cohérence des ces configurations avec un multimètre en mesurant la valeur des résistances entre les points souhaités (2-4 Ohm). Si une résistance a une valeur nulle (court-circuit) ou une valeur très élevée (circuit ouvert), le moteur peut vibrer et ne jamais atteindre sa vitesse nominale. Afin de récupérer un tel disque dur, il faut penser à transférer les plateaux sur un autre corps de disque identique.
Le préamplificateur, dans la plupart des cas brûle en même temps que la PCB. Pour cette raison, il serait une bonne idée de l'examiner avant d'installer une nouvelle PCB, car si le préamplificateur est en court circuit, il peut endommager la nouvelle PCB.
Si le disque tourne proprement sans aucun bruit bizarre, on peut poursuivre le diagnostic avec des moyens logiciels afin de procéder à la récupération de données.